AGENDAOU.fr Sortir en Rance-Émeraude
  1. Agendaou
  2. Actu
  3. Magazine

Quel bilan du confinement pour les exploitants agricoles? Rencontre avec Sylvie et Pascal L'Hermitte des Champs Géraux

Photo Lamourephotos pour AGENDAOU

La période de confinement a été pour tous un temps de recentrage sur soi, sa famille, son environnement immédiat.
Quels effets sur les producteurs locaux?


Sylvie et Pascal L'Hermitte ont une exploitation agricole, la Ferme de La Moinerie, aux Champs Géraux, non loin de Dinan et de l'axe Saint-Malo - Rennes.
Ils répondent à nos questions.

Quel bilan pouvez-vous tirer du Confinement pour votre activité professionnelle?

"Pendant cette période si particulière et pénible pour une grande partie de la population, la recherche de nourriture était prioritaire, la fermeture des marchés a sans doute aussi marqué les esprits et semé le doute sur la sécurité de l’approvisionnement…
Nos sociétés modernes sont plus habituées au gaspillage qu’à la rareté, le rôle nourricier de l’agriculture est aussi apparu au grand jour : une découverte pour une partie de la population !
Toute cette période n’aura pas été de tout repos, il nous a fallu nous réorganiser dans l’urgence (optimisation du site web, logistique et personnels etc…), au fil du temps nous avons cherché à améliorer notre organisation tout en nous adaptant aux contraintes sanitaires."

Comment vos collègues ont-ils fait face?

"Des collègues nous le disent : le confinement c’était bien !
Pour beaucoup d’entre nous la demande a été fortement modifiée : perte de certains débouchés (restaurations) et fermeture des marchés, un report s’est fait sur les clients particuliers avec la mise en place dans l’urgence de nouveaux réseaux de proximité avec l’appui du numérique [comme les pages créées sur AGENDAOU.fr], des investissements ont parfois été nécessaires.
Chez nous au plus fort de la demande le nombre de paniers a été multiplié par 5, depuis le régime de croisière est au double de l’avant (confinement)… voire en deçà pour cette rentrée.
Certains collègues ont vu ce nombre revenir au même niveau."

La hausse de la demande locale était-elle un feu de paille?

"On savait que la flambée serait artificielle: moins de repas à préparer pour la famille, ré ouverture des marchés de proximité. Pour partie l’explication est ici mais on constate aussi que les habitudes de consommation ont la peau dure… plus que les bonnes résolutions.
En fait, bien des fragilités ont été mise en évidence lors de cette crise, la réflexion est engagée pour parvenir à un modèle plus vertueux et sécurisé s’appuyant sur la ressource locale."

L'engouement pour les circuits courts existe pourtant. Comment l'aider à émerger?

"Les circuits courts ont cette particularité de ne pas être toujours très pro d’un point de vu commercial, les choses viennent avec le temps et l’expérience. Leurs fonctions premières de produire sain et de manière transparente ne doit pas en pâtir.
C’est un défi que de concilier tout ça !
Par exemple, depuis peu nous disposons de nouvelles étiquettes produits avec codes barre destinées à parfaire l’information.
Nous avons aussi la chance d’avoir des clients compréhensifs et sympas…"


AGENDAOU porte un projet de mise en avant des circuits courts et de l'ensemble de l'économie locale: SURMAZONE.bzh


NLR

Publié le