AGENDAOU.fr Sortir en Rance-Émeraude

Tout peut exploser, Conférence de Paul Poulain sur les Risques Industriels à Saint-Malo

Saint-Malo

Paul Poulain travaille dans un bureau d'études spécialisé en sécurité incendie et dans la maîtrise des risques industriels en Europe, en Afrique, au Moyen-
Orient et en Asie...

A Saint-Malo, 60.000 tonnes de nitrate d'ammonium transitent par le port chaque année...

Pour informer les malouin.es sur les risques liés aux matières qui sont stockées ou transitent par le port de Saint-Malo, le groupe local Eau & Rivières de Bretagne organise une réunion publique avec Paul Poulain, expert en sécurité industrielle, à l’occasion de la sortie de son ouvrage «Tout peut exploser, enquête sur les risques et les impacts industriels»

D'après France Bleu (5 août 2020), "Le transport et le stockage de l'engrais fait l'objet de mesures de sécurité très strictes. Il n'y a jamais plus de 7.500 tonnes de nitrate d'ammonium dans le port en même temps, que ce soit à terre ou sur mer."
Et ceci n'a rien de rassurant: à Beyrouth, 2750 tonnes ont créé le chaos...
Libération dans un article du 20 septembre 2021 revient sur un produit hautement explosif, la longue histoire d'un serial killer en quelque sorte qui dévasta le port de Brest en 1947, faisant 29 morts.
Une vidéo en témoigne à la Cinémathèque de Bretagne.

Peu après la destruction du port de Beyrouth, le groupe malouin d’Eau et Rivières de Bretagne s’est adressé aux services de l’État pour demander une sécurisation renforcée du port de Saint-Malo

Prenant en compte sa dangerosité globale : situation en plein cœur de ville, transit de 60 000 tonnes d’ammonitrates, proximité d’une usine d’engrais azotés, cette demande a été réitérée devant la mission d’inspection interministérielle sur les risques industriels dans les ports français.

Prenant en compte les inquiétudes de la population malouine, la Région et l’État ont installé, le 18 octobre dernier, une commission ad hoc ouverte aux associations, sur les risques industriels, sanitaires et environnementaux, liés à l’activité portuaire.

Une conférence de Paul Poulain

Depuis huit ans, il sillonne la France et le monde pour étudier les installations dangereuses. Il sait que le grand public n'entend parler que des accidents les
plus meurtriers, comme AZF et ses 31 morts, il y a vingt ans.... Le même matériau a provoqué plus de 200 morts à Beyrouth en 2020.
Des ports comme Marseille ou Saint-Malo en stockent ou en accueillent en transit
jusqu’à 60 000 tonnes (10 fois plus qu'au Liban) par an, tandis que des milliers de trains qui en sont remplis transitent par la gare de triage de Drancy, en Seine-Saint-Denis, à deux pas du RER B emprunté par 400 000 Franciliens chaque matin. Autant de bombes à retardement...
Son livre est une enquête sur les risques industriels et les mesures à prendre pour éviter les accidents.