AGENDAOU.fr Sortir en Rance-Émeraude
  1. Agendaou
  2. Actu
  3. Brèves

SARS-CoV-2, Allègement de la surveillance du Milieu Marin

Allègement des dispositif de surveillance du milieu marin - Photo Ifremer - Article AGENDAOU

L’Ifremer était mobilisé pour la surveillance du SARS-CoV-2 dans le milieu marin. Or les 406 échantillons de coquillages prélevés depuis avril 2020 sur le littoral métropolitain n'ayant révélé aucune trace du coronavirus, l'Institut allège sa surveillance et la limitera aux cas de déversement accidentel d’eaux usées.

Depuis le 31 mai, nous avons arrêté le suivi régulier du SARS-CoV-2 que nous menions depuis avril 2020 sur l’ensemble du littoral de l’hexagone avec l’aide de nos collègues des laboratoires Environnement Ressources.
Les prélèvements mensuels ont été effectués dans 21 sites jusqu’en octobre 2020, puis dans 13 sites, tous connus pour être contaminés par des rejets d’origine humaine,
Seul le déversement accidentel d’eaux brutes non traitées pourrait entrainer la contamination du littoral,
annonce Soizick Le Guyader, virologiste et responsable du laboratoire nantais Santé Environnement et Microbiologie de l’Ifremer.
Dans la mesure où le génome du SARS-CoV-2 est néanmoins présent dans les eaux usées que nous analysons régulièrement dans le cadre du réseau Obépine, l’Ifremer a décidé de rester en alerte et de déployer son dispositif de surveillance dans des sites potentiellement contaminés par des eaux usées suite à un accident de station d’épuration ou de fuites de réseau,
ajoute Jean-Côme Piquet, responsable du réseau de surveillance microbiologique (REMI).

Les indicateurs de surveillance du virus -circulation parmi la population et concentration dans les eaux usées- sont à la baisse et le traitement des eaux usées limite sa propagation dans le milieu marin.
Et jusqu'à présent aucune contamination n'est avérée ni par les eaux de baignade, ni par voie alimentaire.


PLR

Publié le