AGENDAOU.fr Sortir en Rance-Émeraude

Rimbaud en Feu au Théâtre de Saint-Malo

Saint-Malo

Théâtre - Grand Public
➭ Texte Jean-Michel Djian - Mise en scène Anna Novion -
➭ Avec Jean-Pierre Darroussin
➭ Conseillé aux scolaires et jeunes à partir de 15 ans - Durée 1h15

En 1924, l’année même où André Breton publie le « Manifeste du Surréalisme » dans les colonnes du Figaro, on retrouve l’auteur de la « Saison en enfer » enfermé dans sa chambre d’hôpital à Charleville.

Plus vivant encore qu’il ne le fût à 20 ans, âge où il décide d’en finir avec la poésie, c’est un génie en feu qui s’installe devant nous, hagard, illuminé mais plus flamboyant encore qu’il ne l’a jamais été.
Ce n’est plus un corps qui parle, c’est une âme. Un homme "sans semelles et sans vent" qui invite sur son "Bateau ivre" aussi bien son infirmier que Paul Verlaine, Alfred Jarry, Ignace de Loyola, Léo Ferré…
Comme si, sur un coup de folie, et avant que les derniers feux de la modernité l’accablent lui et ses semblables, Arthur Rimbaud s’autorisait une magistrale leçon de vie.

Cette personne qui parle, qui se prend elle-même pour Rimbaud finit par être un Rimbaud qui voit la dérive du monde, et voit comment le monde se comporte après sa mort…

Il y a dans ce texte une magie, celle de la rencontre de l’imaginaire et du vivant. C’est souvent ça le théâtre, des mots couchés sur le papier et ça se lève.
Ça prend corps, ça prend voix.
Il y a longtemps que l’écrivain, journaliste, réalisateur Jean-Michel Djian traque Arthur Rimbaud, de Charleville à Marseille, des Ardennes au Grand Rift, de Paris à Harar.
Et puis voilà que le poète a accepté de sortir de son trou et de se faire encore un peu voyant. La rencontre a eu lieu. Du côté de la vie, rageant, pestant, riant, éclatant de passion, cynique, malin, fier, fou, angoissé, joyeux, chantant, désespéré, bref, en feu.
Comme quoi, même quand on est mort depuis longtemps, ça vaut le coup de rencontrer Jean-Michel Djian.
Il y a dans ce texte un peu plus encore que de la magie ; il y a le ramdam des vingt et un grammes d’âme qui se sont envolés un 10 novembre 1891 du côté de Marseille,
Jean-Pierre Darroussin

© E. Blondet ABACA - #theatresaintmalo