AGENDAOU.fr Sortir en Rance-Émeraude

Rassemblement Nous voulons des Coquelicots contre les Pesticides à Saint-Malo

Saint-Malo

"Nous voulons des coquelicots" a été lancé pour dire NON aux pesticides !

"Nous voulons des coquelicots" a été lancé pour dire NON aux pesticides !
Les SDHI sont nos ennemis!


"Nous irons au devant des passant-e-s pour leur expliquer ce que nous avons fait depuis plus d'un an : un millier de rassemblements chaque mois, près d'un million de soutiens et quelques victoires :
La bataille des idées : aujourd'hui 89% des Français sont pour une interdiction totale des pesticides d’ici à cinq ans, malgré le poids des lobbys de l’agrochimie !"
La clairvoyance de certains élus qui, par leurs arrêtés pro-santé et pro-biodiversité, font souffler un vent d’espoir dans les campagnes, où les épandages au ras des maisons semblaient une fatalité.
Le soutien de la science, via deux études récentes. L'une qui explique la chute de 67% en 10 ans de la biomasse des populations d’invertébrés terrestres en Europe par « le recours systématique et prophylactique à la chimie de synthèse ». La seconde, du CNRS qui démontre de façon fracassante que «Les fongicides SDHI sont toxiques pour les cellules humaines».  Et que l'ANSES, alertée, ne fait rien ou presque...
Nous dirons aussi quelle pourra être la suite du mouvement chez nous : une mobilisation unitaire en mars, l'organisation d'ateliers thématiques,
Et pour se réchauffer, il y aura des boissons chaudes … Venez nombreux-ses !


BONNE NOUVELLE: Après Dinan en février, La municipalité de Pleurtuit a adopté en juillet une motion affirmant son soutien au collectif Nous Voulons des Coquelicots contre les Pesticides

Le mouvement des Coquelicots, ce sont près de 500 collectifs dans tout le pays. Qui vont voir leur maire. Qui campent devant les lieux de pouvoir. Qui arpentent les marchés. Qui investissent les salons et les foires. Qui ont rencontré et parlé à des centaines de milliers de personnes. Qui ont récolté près du million de signatures…
Nous pourrions nous satisfaire d'avoir changé la nature du débat public autour des pesticides et, par ricochet, posé la question de l’avenir alimentaire de notre pays.
Aujourd'hui, selon toutes les enquêtes d’opinion – dont celle de l’IFOP en mai 2019-, jusqu’à 90% des Français veulent une sortie rapide des pesticides. Ou encore d'avoir découvert, grâce à Daniel Cueff et aux maires qui ont aussi pris un arrêté de protection, qu’on pouvait se battre pacifiquement contre un système criminel.
Mais cela ne suffit pas: les arrêtés des maires sont annulés les uns après les autres par le TA, et l'ANSES ne veut pas entendre les alertes des scientifiques demandant l'interdiction des SDHI, ces fongicides épandus sur 80% des surfaces de blé, les tomates, les pommes de terre, les arbres fruitiers, la vigne, les terrains de foot et de sport, qui s'attaquent à la fonction respiratoire de tous les êtres vivants, dont les humains.
Il devient urgent d'inventer des formes de désobéissance civile, qu’il est facile de proclamer, et si malaisée de pratiquer.
Retenez que pour la deuxième année, le mouvement des Coquelicots doit montrer sa force sur le terrain même si, bien sûr, il est, reste et restera non-violent et démocratique... et joyeux (instruments de musique, chansons, … bienvenus) !


L’Appel des coquelicots n’est vieux que de quelques mois, mais il a déjà germé dans plus de 800 villes et villages. Le cap des 960.000 signatures a été atteint. Et il faut continuer!
Soyez nombreux à nous rejoindre, nous continuerons à exiger la fin des pesticides et le retour des coquelicots, des oiseaux et des abeilles.

Nous vous le rappelons: la mobilisation doit se faire jusqu'à l'automne 2020 !


PRATIQUE
Vous trouverez en pièce jointe une lettre que vous adresserez à vos doctoresses et médecins, à vos kinés, à vos infirmières et infirmiers, à vos ambulanciers, à vos dentistes, à tous ceux qui font l’impossible pour que nous allions un peu mieux, pour les inciter à proposer l’Appel dans leur salle d’attente.
Qui, davantage qu’eux, est concerné par l’état de santé de la population?


Pour signer l'appel en ligne, Cliquez ICI