AGENDAOU.fr Sortir en Rance-Émeraude
  1. Agendaou
  2. Actu
  3. Brèves

Polar POD, L’expédition débutera fin 2024

Illustration Polar POD - © N. Gagnon

Fin décembre, l'Ifremer, Jean-Louis Etienne et l’équipe de Polar POD lançaient officiellement le chantier de construction du Polar POD par les chantiers navals Piriou et la société 3C Metal.
Cette plate-forme océanique dérivante habitée vise à améliorer la connaissance de l'océan Austral et de ses interactions avec l'atmosphère.

L’Ifremer est maître d’ouvrage et la coordination scientifique de la «station» océanographique internationale est assurée par le trio CNRS, CNES et Ifremer.
Après plusieurs années d’études d’avant-projet, le 5 août 2022, l'Ifremer confiait la construction de la nacelle du Polar POD aux chantiers navals Piriou en Bretagne et du treillis, du tore et du caisson de fond à la société 3C Metal, l’assemblage final étant prévu au Cap en Afrique du Sud.

Polar POD est certainement ma plus imposante expédition sur laquelle je travaille depuis 2010. Aussi l’officialisation de la construction de ce «navire vertical» est un grand moment de ma vie d’explorateur polaire, le fruit d’une persévérance, nourrie par l’enthousiasme de la communauté scientifique et du bureau d’ingénierie navale Ship ST qui, avec l'Ifremer, m’a accompagné sur cette construction audacieuse : oser, c’est engager son imagination au-delà des certitudes,
Jean-Louis Étienne

À la croisée d’une plate-forme océanographique et d’un phare dérivant, Polar POD, véritable défi technologique, est unique en son genre. Il est conçu pour affronter les "cinquantièmes hurlants" et les vagues les plus hautes de la planète. Il naviguera durant trois années consécutives sans retour à terre prévu, ce qui va nécessiter du matériel simple d'utilisation, robuste et éprouvé.
Respectueuse de l'environnement, la plate-forme produira par des éoliennes toute l’énergie dont elle aura besoin, ce qui exigera une gestion très stricte du bilan énergétique.

Le chantier a démarré le 1er septembre 2022. Départ de l'expédition prévu depuis Port Elizabeth en Afrique du Sud au dernier trimestre 2024.

Quels objectifs scientifiques ?

L’océan Austral demeure méconnu et des mesures in situ de longue durée sont nécessaires à la communauté scientifique.
Entrainé par le courant circumpolaire antarctique, le Polar POD fera deux tours du monde, avec comme principaux objectifs :
-La mesure en continu des échanges atmosphère/océan, notamment la capacité d'absorption du CO2 de l'océan Austral qui est le principal puits de carbone océanique de la planète.
-L'inventaire de la biodiversité marine par acoustique, du krill jusqu’aux baleines.
-La calibration des mesures effectuées par les satellites: conditions météo, états de mer, couleur de l’océan, mesure du phytoplancton pour un suivi spatial de l’activité biologique.
-Dresser un bilan de la pollution de cet océan éloigné des activités industrielles et des zones de navigation : microplastiques, polluants organiques, métaux lourds et aérosols.

Ce projet emblématique de recherche scientifique positionnera la France dans les nations leaders dans le domaine des sciences de l’océan.
Il s'inscrit dans les programmes de recherches portés par France 2030.

Publié le