AGENDAOU.fr Sortir en Rance-Émeraude
  1. Agendaou
  2. Actu
  3. Brèves

Matériel de pêche perdu, à signaler sur Fish & Click

© Ifremer/Géraldine Guillevic - Les lignes représentent 53 % des déchets recensés en mer - AGENDAOU

L'Ifremer encourage les promeneurs et les plaisanciers à poursuivre le recensement participatif via le site et l'application Fish & Collect créés en 2020.
A partir de ces données, des solutions seront à l'étude pour gérer les engins perdus et orienter les recherches sur des engins de pêche biodégradables.

En 2020, l'Ifremer créait l'application participative Fish & Click pour recenser la matériel de pêche égaré.
En 6 mois, Fish & Click a permis de signaler 4 000 déchets d’engins de pêche en mer et sur les littoraux bretons, normands et des Hauts-de-France.

Les engins de pêche: 27% des déchets marins plastiques

En 2018, les engins de pêche représentaient 27 % des déchets marins plastiques retrouvés sur les plages européennes.
Les risques: générer de la pêche fantôme en continuant à piéger des animaux marins ou se dégrader en microplastiques ingérés par la faune marine contaminant ainsi la chaîne alimentaire.

Comment se répartissent les 4000 engins et morceaux d’engins signalés?

➭ Les cordages pour 56 % des signalements à terre, surtout en Bretagne et dans les Hauts-de-France.
➭En Normandie 27 % sont des déchets de matériel d’aquaculture (poches ostréicoles, filet de mytiliculture…) et 28 % des filets de pêche.
➭ En mer, 53 % des déchets recensés sont des lignes et 40 % des cordages.
Mais le nombre d'observations étant très variable selon les sites, ces informations restent à confirmer
Infographie © Ifremer

L'Ifremer invite les usagers à poursuivre les signalements via le site ou l'appli Fish & Click

Fish & Click continue tout au long de l’année 2021 et les scientifiques ont besoin de vous pour collecter des données et consolider les résultats.
Pêcheurs, plongeurs, promeneurs, plaisanciers et usagers de la mer, adoptez le réflexe Fish & Click pour nous signaler tout engin ou partie d’engin retrouvé en mer ou sur le littoral.

A partir de ces remontées du terrain, les scientifiques du projet européen Indigo pourront établir d’éventuelles corrélations entre la présence d’engins perdus, les métiers de la pêche et de l’aquaculture mais également les événements climatiques tels que des tempêtes.


Nathalie Le Roy

Publié le