AGENDAOU.fr Sortir en Rance-Émeraude
  1. Agendaou
  2. Actu
  3. Brèves

Ils s'appellent Jacques, Pascal ou encore Guillaume. Rencontre avec 3 hôteliers du bassin Rance Emeraude pour faire le bilan de l'année 2020

AGENDAOU

L'année 2020 a été rude pour le secteur hôtelier et l'industrie du tourisme en général. Le tourisme en Bretagne, c'est 58.000 emplois, et 8% du PIB, un secteur important donc...
En ce lendemain de mobilisation à Paris, on fait le point avec 3 hôteliers du territoire Rance Émeraude.

Jacques de l'hôtel*** Printania à Dinard

Jacques de Ribaucourt dirige un établissement hôtelier 3* et ses deux restaurants qui donnent sur la Baie du Prieuré.
Il emploie 40 personnes en haute saison dont une bonne part en CDD du fait de la saisonnalité. Les CDI sont actuellement en chômage partiel.

Propriétaire du fonds et d'une partie des murs, Jacques rembourse un crédit et s'acquitte d'un loyer. Il a touché 980€ d'aides en mars et 1500€ en avril... "qui couvrent les factures d'eau et d'électricité" déclare-t-il un peu amer.

Comment s'est passé le début d'année?
Le premier confinement a amputé la saison de 30%. Entre le moment où la liberté de circulation a été autorisée et la réouverture réelle, il s'est passé plusieurs jours nécessaires à la préparation.
Les réservations ont représenté un gros travail pour l'hôtel.
La particularité de cette année a été de devoir faire le travail en double: d'abord annuler ce qui avait été réservé, puis relancer la machine et reprendre les réservations.

Juin est traditionnellement le mois des anglais... qui ont été les gros absents de 2020. Les week-end de juin ont été corrects, avec une clientèle exclusivement française.
Juillet-août ont été bons grâce encore aux clients français. L'hôtel a aussi reçu davantage de groupes de marcheurs et de cyclistes. Néanmoins, ces deux mois d'été n'ont pas pu  effacer les pertes dues au confinement.
Septembre-octobre ont également été marqués par l'absence des étrangers et des groupes.
Le second confinement a obligé l'établissement à fermer trois semaines plus tôt que prévu et cette année, il n'est pas question de rouvrir pour les fêtes de fin d'année.
Globalement, le Chiffre d'affaire accuse une perte de 30%.

L'hôtel fonctionne bien à partir du moment où tout est ouvert: restaurants, cinémas, bars...

Pascal de l'hôtel*** des Ambassadeurs à Saint-Malo

Pascal Goger a son établissement de l'autre côté de l'estuaire de la Rance, sur le Sillon: un hôtel 3*, une Crêperie, un Salon de Thé et un bar en terrasse panoramique avec vue imprenable sur le large au dernier étage.
Il emploie une quinzaine de salariés pour moitié saisonniers. Depuis début novembre, ils sont en activité partielle.
Contrairement à Jacques, Pascal est un jeune repreneur, ce qui en terme de trésorerie n'est pas facile. Il verse de "belles mensualités" en remboursement d'emprunt, mais aussi en loyer.
Pascal a dû prendre un report de crédit de 6 mois -ce qui allonge et renchérit son prêt- et n'a bénéficié que de très peu d'aide jusqu'à présent.
Il attend avec impatience les aides promises pour novembre, décembre et les mois à venir car même si l'hôtel reste ouvert, il est vide!

Moralement, c'est dur! Mais Pascal -toujours positif- en a profité pour faire des travaux et remettre tout l'hôtel à neuf, il est pressé d'accueillir ses clients et de les revoir rapidement car l'hôtel est ouvert...

Un grand merci aux équipes qui sont disponibles quand il y a besoin et manifestent leur envie de reprendre", souligne Pascal "ainsi qu'aux clients pour leurs nombreux messages de soutien!

Guillaume de l'hôtel*** du Château à Dinan

Guillaume Postel a racheté il y a quelques années l'hôtel face au Château de Dinan. Comme son confrère malouin, ne disposant pas de la trésorerie d'établissements plus anciens, il a  dû prendre un report de crédit de 6 mois -ce qui allonge et renchérit son prêt.
Il n'a bénéficié d'aucune aide au Confinement#1.
L'établissement compte 6 salariés en CDI. La souplesse du chômage partiel permet de les faire travailler par roulement en faisant les comptes en fin de mois.

Le premier semestre
Après un début d'année normal, la fréquentation de l'hôtel s'est effondrée au printemps, la clientèle n'étant plus constituée que de rares professionnels bien contents toutefois de trouver une chambre; l'hôtel du Château était le seul établissement ouvert à Dinan durant le 1er confinement.
Le redémarrage de juin s'est fait tranquillement avec des français et quelques étrangers.
Les groupes étaient peu nombreux et l'hôtel qui dispose de 84 couchages n'a jamais été complet.

Juillet- août
La saison n'a vraiment commencé que le 10 juillet. L'annulation de la Fête des Remparts a forcément été un coup dur!
L'arrière saison a été calme avec moins d'étrangers que d'habitude.

On a pris un coup de massue avec le second confinement. Sans restaurant, pas d'hôtel!
A Noël on fait d'habitude un gentil chiffre; mais là, va-ton garder les réservations?

Tout est fait pour rassurer les clients: réservation sans frais, remboursement s'ils ont réservé par une plate-forme, réduction à 24h du délais d'annulation. Et bien sûr toutes les mesures d'hygiène assurent la sécurité sanitaire.

Et pour la restauration?
Les clients peuvent manger dans leurs chambres. L'hôtel propose un service traiteur. Ils disposent de quoi réchauffer des plats et prendre le petit déjeuner.
Guillaume est d'un naturel optimiste. Il compte pour 2021 sur une clientèle plus locale et sur le report de la Fête des Remparts. Néanmoins:

2021, j'en ai pris mon parti: ça va être dur!

Comme plusieurs autres établissements, l'hôtel de Ambassadeurs et l'hôtel du Château seront ouverts durant les vacances de Noël et proposent des solutions pour les repas

Logements à Dinard
Hôtel Royal Emeraude, hôtel **** à Dinard
Hulbert Locations: Appartements de vacances à Dinard

Hôtel à Dinan
Hôtel du Château, Hôtel *** à Dinan

Hôtels à Saint-Malo
Hôtel Escale Oceania*** sur le Sillon à Saint-Malo
Hôtel des Ambassadeurs, hôtel*** vue panoramique sur le Sillon à Saint-Malo




Nathalie Le Roy

Publié le , mis à jour