AGENDAOU.fr Sortir en Rance-Émeraude
  1. Agendaou
  2. Actu
  3. Brèves

Fish Intel, un programme fléché pêche durable et préservation des littoraux

Parmi les espèces suivies par Fifh Intel, la langouste rouge présente en Manche. © Ifremer - X. Caisey

Comment assurer une bonne gestion des ressources, protéger l'environnement marin , la qualité des eaux et la bonne santé des littoraux?
Une coopération transManche lance le programme Fish Intel, un suivi acoustique et vidéo des déplacements et des habitats privilégiés de plusieurs espèces présentes en Manche.

Quel impact anthropique en Manche?

Ces données permettront une évaluation des impacts de la pêche, du changement climatique et d'activités comme les énergies marines renouvelables ou l’aquaculture.

L'environnement marin est soumis à une exploitation et à des pressions croissantes. Au cours des prochaines années, l'impact de facteurs tels que l'activité humaine et le changement climatique pourrait croître de manière exponentielle. Il s'agit d'un projet passionnant de grande envergure dans lequel tous les partenaires partagent un objectif commun : préserver le mode de vie propre aux milieux côtiers. Mais si nous voulons mettre en œuvre des solutions pour préserver notre littoral et les espèces qui en dépendent, nous devons d'abord comprendre quels sont les habitats à protéger,
Dr Emma Sheehan, professeure associée d'écologie marine à l'université de Plymouth et responsable scientifique du projet.

Le budget global du projet FISH INTEL s'élève à 4 millions d'euros;  2,8 millions sont financés par le Fonds européen de développement régional via le programme Interreg France (Manche) Angleterre.

A la manœuvre, des organismes de recherche basés au Royaume-Uni, en France et en Belgique en collaboration directe avec les organisations de pêcheurs, les gestionnaires et les représentants professionnels des trois pays.

Le projet se déploie sur 7 sites pour la surveillance et le suivi de plusieurs espèces dont le bar, le lieu jaune, la langouste et le thon rouge, des ressources halieutiques qui revêtent une importance commerciale pour la région.

La zone de la Manche abrite de nombreuses communautés dépendantes de la pêche et ayant une importance significative pour l’économie et l'emploi locaux. Nous avons été impressionnés par l'ambition de FISH INTEL d'utiliser une technologie innovante et de rassembler un large éventail d'acteurs transfrontaliers, afin d'améliorer la gestion durable des ressources marines. Le projet devrait donc améliorer de manière significative l'état écologique de nos eaux côtières tout en garantissant qu'elles restent commercialement viables,
Carolyn Reid, responsable du programme Interreg France (Manche) Angleterre

Grâce à ces données, les autorités de la région pourront ajuster leurs programmes de gestion écosystémique des pêches (EBFM) et ainsi améliorer l'état et la qualité de l'eau dans ces habitats, et la durabilité des activités: pêche, parcs éoliens offshore, industrie extractive de granulats marins.
C'est aussi une manière de renforcer la collaboration et la communication entre des acteurs ayant un intérêt commun dans la région de la Manche.

Un projet en partenariat transManche
Pour le Royaume-Uni :
-les Universités de Plymouth et d'Exeter;
-le Centre des sciences de l'environnement, des pêches et de l'aquaculture (CEFAS);
-Isles of Scilly Inshore Fisheries and Conservation Authority (IFCA);
-Marine Conservation Society.

Pour la France :
-l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer) ;
-France Énergies Marines ; l'Université de Bretagne Occidentale ;
-le Comité départemental des pêches et des élevages marins du Finistère ;
-la Ligue pour la protection des oiseaux/Sept Iles ;
-le Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins de Normandie.

Pour la Belgique :
-Vlaams Instituut voor de Zee (VLIZ)


Nathalie Le Roy

Publié le