AGENDAOU.fr Sortir en Rance-Émeraude

Festival Jeux de vagues 2021 à Dinard, Après une Lecture de Faust

Dinard

Emmanuel Mercier, directeur artistique du Festival Jeux de Vagues, nous invitera à explorer le répertoire faustien en compagnie de deux pianistes-interprètes reconnus, Marie-Josèphe Jude et Jean-François Heisser.
Dans un souci de transmission de l’interprétation du répertoire, ils associeront de jeunes instrumentistes prometteurs.

Avec Tanguy de Williencourt, Jean-Baptiste Doulcet (piano), Théo Führer (clarinette), Sarah Jegou-Sageman (violon), Fiona McGown (mezzo-soprano) Aymeric Biesemans (baryton).

Et enfin Emmanuel Reibel mènera l’enquête au cœur de la Faustmania tandis que Jean-Yves Tadié se penchera sur un autre Faust, écrit à Dinard en 1940…

➭ Organisation: Association Émeraude en Musique
➭ 1 ciné-concert
➭ 2 Conférences
➭ 3 concerts
Direction artistique Emmanuel Mercier

JEUX de VAGUES, 4e édition: Après une lecture de Faust
Dialogue entre musique et littérature...

Le festival rend hommage à Beethoven (1770-1827).

Le MOT d'Emmanuel Mercier
"Au-delà de la référence au personnage de Goethe, il faut y voir une sorte d’écho au poème de Victor Hugo "Après une lecture de Dante", ainsi qu’à l’éblouissante traduction
pianistique que Liszt en a donnée. L’auteur et le compositeur y dépeignent les affres d'une âme sensible, heurtée par la décevante réalité de ce monde, devenu leur enfer.
C’est dans un autre enfer, celui de Faust que nous tenterons de pénétrer. Replongeons-nous dans les tourments d’un homme torturé par ses idéaux, en lutte contre ses
propres limites, source d’inspirations multiples pour tant de compositeurs.
Je vous propose un programme varié, conçu pour mettre certaines oeuvres musicales en perspective et nous faire voyager depuis ce merveilleux répertoire romantique jusqu’à des pages plus modernes".


Au programme, deux titans d’outre-Rhin qui ont inspiré deux siècles de création musicale.
En France, en Allemagne, partout à l'étranger, toutes les grandes salles de concert se préparent déjà à célébrer le 250e anniversaire de la naissance de Beethoven (1770-1827). Le Festival Jeux de Vagues ne voulait pas manquer l’occasion de se replonger dans une œuvre aussi protéiforme que prométhéenne, et qui offre des similitudes avec le Faust de Goethe (1749-1832).

Grand lecteur de Goethe, Beethoven possède dans sa bibliothèque Wilhelm Meister, le Divan ouest-oriental, de nombreux poèmes ainsi que le premier Faust.
Dès 1800, il esquisse un lied sur Marguerite au rouet, qui reste inachevé. Le compositeur ne fait qu’une seule et unique véritable incursion dans l’univers de Faust avec l’opus 75, six lieder tirés des poèmes de Goethe.
En 1823, Beethoven rêve de se mesurer à Faust.
Il espère enfin pouvoir écrire à partir de ce matériau qui constitue pour lui un sommet.
À cette époque, il est occupé par la Missa Solemnis et la Neuvième Symphonie, et ce projet ne verra jamais le jour.
Faust marque la rencontre manquée entre les deux piliers de la culture allemande.

Et pourtant, c’est bien l’esprit de Faust qui souffle à travers l’œuvre de Beethoven.

Si la complexité du drame de Goethe est telle qu’il résiste à une mise en musique dans son intégralité, il n’en demeure pas moins une source de fascination pour les compositeurs.
Ce serait une gageure de vouloir retracer le temps d’un week-end l’ensemble de la postérité musicale de l’œuvre de Goethe et de Beethoven.

Le Festival Jeux de Vagues témoignera de cette rencontre manquée qui marquera le XIXe siècle.
Les compositeurs des XXe et XXIe siècles s’emparent du sujet et le façonnent chacun à sa manière.
Entre 1715 et 2007, paraîtront plus de 177 oeuvres inspirées par Faust, cet alchimiste qui rêve de posséder la connaissance universelle et pactise avec le diable pour arriver à ses fins.


JEUDI

➭ 17h30 - Ciné-Concert: Faust, une légende allemande de FW Murnau (1926)
Illustration musicale par Jean-Baptiste Doulcet (piano)
- 15€/ 10€

Faust est le héros d’un conte allemand très populaire depuis le XVIe siècle, à l'origine de nombreuses réinterprétations.
Goethe s’en empare et en fait l’archétype du mélancolique désabusé par les limites du savoir, un homme prêt à se damner pour dépasser sa condition.
Si Murnau s’inspire de l’oeuvre de Goethe, il façonne son propre Faust qui cèdera par amour à la tentation satanique afin de soulager ses prochains frappés par la peste.
Ombres et lumières, larmes et fulgurances, terrifiante lutte du bien et du mal, chaos et révélation, innocence et perdition se retrouvent dans une rare puissance expressive de l’image qui marquera le cinéma expressionniste.
Le pianiste concertiste et improvisateur Jean-Baptiste Doulcet, diplômé du CNSMdp à l’âge de 17 ans en improvisation au clavier dans la classe de J-F. Zygel, accompagne régulièrement au piano des films muets dont il recrée la bande-sonore en direct.


➭ 20h30 - Concert - Méphisto - 20€/ 15€
-Tanguy de Williencourt, piano
-Théo Führer, clarinette
-Sarah Jegou-Sageman, violon
-Aymeric Biesemans, baryton

Programme
- Ludwig van Beethoven (1770-1827) - Franz Liszt (1811-1886) - Richard Wagner (1813-1883) - Modeste Moussorgski (1839-1881) - Hector Berlioz (1803-1867) - Charles Gounod (1818-1893) - Ferruccio Busoni (1866-1924) - Mark Lothar (1902-1985) - Béla BARTÓK (1881-1945)


VENDREDI

➭ 18h - Faust à Dinard - Causerie illustrée de Jean-Yves Tadié - 15€/ 10€
En 1940, quand le bruit se répand que le gouvernement français pourrait quitter la capitale, Paul Valéry décide de partir pour Dinard avec sa famille, le 23 mai.
Ce n’est qu’au début du mois d’août qu’il commence à écrire son Faust.
Le 30 avril 1932, à l'occasion de la commémoration du centenaire de la mort de Goethe, Valéry, grand admirateur du poète, prononce un discours en Sorbonne en l'honneur de Goethe dans lequel il voit l’incarnation d’un nouvel humanisme et universalisme, seules garanties d’un nouvel ordre européen.
Valéry décide donc d’écrire un Faust moderne, de le faire réapparaître au monde mais drapé dans un manteau moderne, cette fois dans un décor paisible et pose les questions: Que sont devenus la connaissance, l’amour, la morale et Dieu?

Faust devient un prince des Idées quand soudain un élégant Méphistophélès fait irruption entre Faust et Lust sa secrétaire…
Or la place que Méphistophélès occupait dans le monde a changé…


➭ 20h30 - Concert - Faust et Marguerite - 20€/ 15€
- Marie-Josèphe Jude, piano
- Fiona McGown, mezzo-soprano
- Sarah Jegou-Sageman, violon
- Théo Führer, clarinette

Programme
Ludwig van Beethoven (1770-1827) - Franz Schubert (1797-1828) - Giuseppe Verdi (1813-1901) - Richard Wagner (1813-1883) - Hugo Wolf (1860-1903) - Franz Liszt (1811-1886) - Igor Stravinsky (1882-1971)


SAMEDI

➭ 18h - Concert-conférence la Faustmania Romantique
Concert-Conférence de Emmanuel Reibel en compagnie des artistes du festival - 15€/ 10€
Le vieil alchimiste pactisant avec le diable connut grâce à Goethe une seconde jeunesse: il fit rêver toute la génération romantique.
La plupart des musiciens tirèrent du Faust de Goethe de nombreux lieder, tandis que certains comme Berlioz, Schumann ou Liszt s'identifièrent profondément à cette figure mythique qui incarnait alors, au prix de toutes les transgressions, le dépassement des limites et l'aspiration à l'infini.
Une enquête au cœur de la "Faustmania" illustrée d’extraits musicaux par les artistes du festival.


➭ 20h30 - Concert - Faust - 20€/ 15€
- Marie-Josèphe Jude, piano
- Jean-François Heisser, piano
- Fiona McGown, mezzo-soprano
- Aymeric Biesemans, baryton

Ludwig van Beethoven (1770-1827) - Carl Friedrich Zelter (1758-1832) - Franz Schubert (1797-1828) - Hector Berlioz (1803-1867) - Charles Gounod (1818-1893) - Franz Liszt (1811-1886) - Felix Mendelssohn (1809-1847) - Robert Schumann (1810-1856) - Paul Dukas (1865-1935)


Restauration rapide sur place les 11-12-13 novembre entre les conférences et les concerts proposée par Maître Sarrasin