AGENDAOU.fr Sortir en Rance-Émeraude
  1. Agendaou
  2. Actu
  3. Emploi

Face à la baisse de pouvoir d'achat, les organisations syndicales appellent à la grève le 17 mars

L'appel à la grève du 17 mars (image UNSA) - AGENDAOU

Des appels à la grève, il y en a régulièrement, voire même très souvent...
Des appels unitaires avec les organisations réformistes comme l'UNSA, la CGC ou la CFTC, c'est plus rare et souvent signe d'une forte mobilisation.
Ce fut le cas le 13 janvier dernier pour l’Éducation Nationale.

➭ Communiqué de presse,
➭ zoom de la rédaction

L’augmentation des salaires et des pensions :
Une priorité pour toutes et tous !

Les salarié-es du secteur public comme privé, les retraité-es, les jeunes partagent toutes et tous une même priorité face à l’augmentation du coût de la vie, il faut augmenter les salaires, les pensions, les allocations et les bourses étudiantes [...].
Tout au long du mois de janvier, les différentes professions et la jeunesse ont su se mobiliser ensemble pour défendre les salaires et l’emploi.
Plus de 150 000 manifestants, de nombreux secteurs professionnels ont débrayé, la question sociale et salariale s’ancre dans le quotidien des salarié-es dans les entreprises et les services.
La jeunesse est elle aussi confrontée à une grande précarité de vie et de travail et à la pauvreté.

L’inflation en France a atteint 2,8% en 2021

Près de la moitié provient directement de l’augmentation du prix de l’énergie (carburants, électricité, gaz). En effet, l’énergie a vu son prix augmenter de 18,6%. Il y a également une augmentation importante des prix des produits alimentaires de première nécessité [...].
Les entreprises cherchent, même dans le contexte de la pandémie, à augmenter leurs profits.
L’enjeu majeur est donc de combattre la stagnation des salaires plus que d’agir sporadiquement sur l’évolution des prix.
Pour les organisations syndicales CGT, FSU, Solidaires et UNSA et les organisations de jeunesse FIDL, MNL, UNEF et VL [NDLR: les branches Fonction Publique de la CGC et de la CFTC rejoignent l'appel]:
Il faut une revalorisation immédiate de l’ensemble des salaires dans le secteur privé et des traitements dans la fonction publique, en commençant par les plus bas salaires.
Ainsi, il est urgent d’agir sur le SMIC et le point d’indice.

Il est indispensable que les minimas de branche dans le privé et les grilles de salaires dans la Fonction Publique soient automatiquement relevés au niveau du SMIC.
Cela doit se compléter d’une ouverture rapide de négociations sur la répercussion de ces augmentations sur les échelles de carrière dans le public et les classifications dans le privé.
Il est aussi important d’augmenter les bourses pour les étudiants et les pensions pour les retraités.
Tout au long du mois de février, les mobilisations doivent se poursuivre et s’amplifier.

Mettre en œuvre l’égalité salariale et professionnelle entre les femmes et les hommes.

Les organisations appellent à une forte journée de mobilisation, le 8 mars prochain, lors de la journée internationale des droits des femmes.
Alors que la première loi sur l’égalité professionnelle fête ses 50 ans et que les luttes féministes exemplaires se sont développées, gouvernement et employeurs refusent de financer des mesures pour s’attaquer véritablement aux racines des inégalités salariales[...].

Agir sur les salaires le 17 mars

Il faut [...] agir pour une limitation des écarts de salaires au sein des entreprises.
Pour agir sur ces revendications essentielles, les organisations syndicales CGT, FSU, Solidaires et UNSA, et les organisations de jeunesse FIDL, MNL, UNEF et VL appellent à une journée de grève et de manifestations interprofessionnelles le  jeudi 17 mars prochain[...].
Elles s’adressent aux salarié-es du privé et aux agent-es du secteur public pour maintenir la pression et exiger l’augmentation des salaires et du pouvoir d’achat.
Elles proposent de construire, dès à présent, les conditions d’un grand 1er mai unitaire.
Paris, le 10 février 2022

Aller plus loin

Focus sur les enseignants

C'est l'un des métiers actuellement en tension.
Les enseignants français -comme les autres fonctionnaires- ont perdu 25% de pouvoir d'achat depuis 1995.
D'après l'OCDE, ils gagnent deux fois moins que leurs homologues allemands, mais aussi moins que les portugais, les irlandais, les espagnols... et même que les colombiens, pays où le coût de la vie est inférieur à celui de la France.
Le coût par élève des professeurs français est plus faible que celui de tous les grands pays développés. L' écart parfois important est dû à la faiblesse du salaire, doublée du nombre important d'élèves par professeur (données OCDE)

Ceci n'est pas sans conséquence et les parents d'élèves le voient. Le rectorat de Bretagne peine à recruter, mais aussi à conserver ses enseignants.
De nombreux cours ne sont plus assurés faute de professeurs en nombre suffisant.

Focus sur les dividendes des actionnaires

Les grandes entreprises françaises affichent des résultats historiques élevés.
Le Crédit agricole 9,1 milliards d’euros, Total 16 milliards, Sanofi  6,3 milliards d’euros...
Au total, les entreprises du CAC40 devraient distribuer 55 milliards d’euros de dividendes pour 2021 à leurs actionnaires.
Dans le même temps, selon Challenge, le patrimoine cumulé des 500 plus grandes fortunes de France a augmenté de 30% en un an. Le magazine a dénombré 109 milliardaires français en 2021, 14 de plus qu'en 2020...

Des profits exceptionnels, qui mis en perspective avec la baisse de pouvoir d'achat des salariés, les font grincer des dents.

Visuels UNSA


NLR

Publié le