AGENDAOU.fr Sortir en Rance-Émeraude

Conférence à Dinard, l'Opéra Garnier comme si vous y étiez

Dinard

Pour découvrir l’un des monuments les plus emblématiques de PARIS.
Conférence organisée par l'association HISTOIRE et PATRIMOINE du Pays de DINARD/RANCE/ÉMERAUDE

Carole BOETTI, guide-conférencière spécialisée, nous invite à visiter en diaporama sur grand écran (photos de Jean-Pierre DELAGARDE, photographe officiel de l’Opéra Garnier) l’un des plus prestigieux monuments de Paris, également l’un des plus vastes théâtres du monde.

Œuvre de l’architecte Charles Garnier (prix de Rome 1848), emblématique de l’époque Napoléon III, il a été construit entre 1861 et 1875.

L’histoire de ce chef d’œuvre part d’un concours.
En 1860, Napoléon III érige en priorité le projet d’un nouvel Opéra, suite à un attentat, dont il a réchappé, lors d’une soirée à l’Opéra Le Peletier.
L’Empereur souhaite offrir à la haute société une structure plus sécurisée et flamboyante. Au final, près de 171 concurrents sont en lice. Viollet-le-Duc, qui travaille sur le nouveau Louvre, est le grand favori, mais le jeune parisien Charles Garnier possède un véritable atout: son éclectisme acquis à travers ses années de voyage en Italie et en Grèce. Son culot fera la différence.

Les travaux s’étalent sur quinze ans, ce qui ne permet pas à Napoléon III de connaître de son vivant ce temple symbolique du Second Empire.

Avec son tracé et ses proportions savants, sa façade qui dévore l’espace à l’extrémité de l’avenue de l’Opéra annonce le parti pris architectural qui est l’un des meilleurs exemples de l’éclectisme de la fin du XIXe siècle, avec toutefois une dominante baroque assez prononcée.
A l’intérieur, le grand escalier et ses trente colonnes monolithes en marbre, puis la galerie couverte à arcade et coupole, soutenant une loggia de style renaissance, marquent le départ d’un chemin initiatique, dont l’aboutissement est la grande salle de spectacle (2.131 places assises), et qui met en condition les futurs spectateurs.

La décoration est exubérante parfois chargée mais toujours élégante, utilisant des pierres et des marbres de différentes couleurs rehaussés d’ors ; sans oublier le grand lustre et le plafond de Marc Chagall.

Au fil de la ballade, la conférencière évoquera l'histoire des lieux, les anecdotes qui y sont rattachées, ainsi que les personnages qui ont illustré l’OPERA GARNIER.