AGENDAOU.fr Sortir en Rance-Émeraude
  1. Agendaou
  2. Actu
  3. Brèves

Barrage de la Rance, des comportements à risque au moment des grandes marées

EDF constate la recrudescence des risques pris par les pêcheurs aux abords du barrage lors des derniers épisodes de grandes marées.

Au lendemain des grandes marées, EDF attire l'attention des usagers sur la recrudescence de comportements à risques: intrusions dans la zone interdite à la navigation, à la baignade et aux activités nautiques et subaquatiques, située de part et d’autre du barrage. L'entreprise rappelle qu'il est interdit de plonger et pêcher au pied du barrage de la Rance pour des raisons de sécurité!

La semaine dernière, des pêcheurs à pied ont été retrouvés en pleine nuit au pied des vannes du barrage. Les jours suivants, il s’agissait de plongeurs. Des situations où les personnes mettent leurs vies en danger.

EDF rappelle la nécessité de respecter la règlementation aux abords de l’usine marémotrice de la Rance pour garantir la sécurité de tous.

Pour rappel, le fonctionnement normal de l’usine marémotrice de la Rance génère de très forts courants côté estuaire et côté mer à tout moment.
Les vannes du barrage de la Rance libèrent jusqu’à 9 600 m3/s d’eau. Ces courants peuvent mettre en danger les pratiquants d’activités nautiques telles que la baignade, le kayak, la bouée ou le paddle et les pêcheurs à pied.

Quelques conseils de prudence

➭ respecter la zone interdite à la navigation par arrêté préfectoral, à la baignade et aux activités nautiques et subaquatiques, délimitée de chaque côté du barrage par de grosses bouées rouges
➭ respecter les arrêtés municipaux d’interdiction de baignade sur les plages du Rosais et des Fours-à-Chaux à Saint-Malo situées dans la zone interdite à la navigation et du Pissot à la Richardais
➭ ne pas s'installer dans les zones où un panneau signale la présence d'un risque.

- VOIR le film de 2min > La sécurité aux abords du Barrage

- VOIR l'espace découverte de l'usine marémotrice sur AGENDAOU.fr


Le non-respect de l’arrêté préfectoral est un délit passible d’une convocation au tribunal devant le juge // Le non-respect des arrêtés municipaux est quant à lui passible d’une amende de 17€ délivrée par la police municipale.

Publié le