AGENDAOU.fr Sortir en Rance-Émeraude
  1. Agendaou
  2. Actu
  3. Magazine

Allons au Ciné avec Kévin Steinbacher! Cette semaine, 2 films entre rire et épouvante...

Kévin Steinbacher, passionné de cinéma travaille à Emeraude Cinémas.
Régulièrement, il nous livrera son regard de critique averti sur des films actuellement dans les salles.


CLIQUEZ ICI POUR ACCÉDER AU PROGRAMME DES SALLES DU BASSIN RANCE ÉMERAUDE


Le dernier Dupieux: "Incroyable mais vrai" (15 juin 2022)

Comédie de 2022 de Quentin Dupieux (1h14)
Avec Alain Chabat, Léa Drucker, Benoît Magimel

Un bijou de surréalisme porté par des acteurs bien barrés.
Alain et Marie forment un couple de cinquantenaires qui peuvent enfin s’acheter une maison. Mais lorsque cette dernière cache un secret dans sa cave, leur vie va changer.
Raconté par l’inénarrable Quentin Dupieux, ce conte surréaliste prouve une fois de plus qu’étrange peut rimer avec intelligence.
De ses personnages barrés basculants peu à peu dans la folie avec une forme de terre à terre improbable à son récit non linéaire sur la distorsion du temps, «Incroyable mais vrai» entraîne le spectateur dans une ronde improbable et savoureusement drôle.
Si l’image n’est pas particulièrement belle, (seul véritable reproche que l’on peut évoquer sur le cinéma de Dupieux) , les interprétations quant à elles sont justes. D’un Chabat touchant à une Léa Drucker sombrant dans la folie en passant par un Benoît Magimel en patron adepte d’un nouveau gadget à la mode étonnant, le film offre quelques savoureux dialogues.
N’oublions pas le final entièrement musical étonnant et osé qui apporte une touche de surréalisme à toute l’intrigue.


Du Dupieux comme nous aimons et que nous aimerons encore.
Kévin Steinbacher

"Black Phone" (22 juin 2022)

Thriller d'épouvante de Scott Derrickson (1h 43min)
Avec Mason Thames, Madeleine McGraw, Ethan Hawke

Une adaptation sombre et austère d’une nouvelle de Joe Hill.
Durant les années 70, une petite ville est en proie à la terreur suite à des enlèvements d’enfants.
Un soir, alors que Finney Shaw, 13 ans rentre de l’école, il se fait kidnapper par un tueur sadique qui l’enferme dans un sous-sol avec un lit et un téléphone débranché pourtant accroché au mur. Mais lorsque ce dernier se met à sonner, il décrochera et entendra ceux qu’il ne devrait pas entendre.

Adapté d’une nouvelle de Joe Hill, fils de Stephen King et auteur de «Hors» ou «Locke and Key », «Black Phone» est un thriller sur des enlèvements d’enfants. L’ambiance sombre et glauque rappelle celle des romans de Stephen King et de multiples références à l’œuvre du paternel se font ressentir avec un grand plaisir. Les jeunes acteurs sont vraiment très convaincants et sonnent constamment juste dans leurs interprétations et les noms de Mason Thames et Madeleine McGraw seront sûrement très vite de retour sur nos écrans.
Le film vaut beaucoup pour l’incroyable performance d’Ethan Hawke en kidnappeur aussi flippant que terrible. Son personnage au faciès horrible, notamment grâce à l’usage d’un masque aux parties amovibles, marque les esprits par un jeu de regard parfois surprenant.
Il en sera de même avec le personnage du père frappant ses enfants et dont le mal-être réussit à apitoyer le spectateur de façon maligne d’un point de vue scénaristique.


Un thriller horrifique bien ficelé et bien interprété qui se place au-dessus de bien des films du genre.
Kévin Steinbacher

Publié le